lundi 6 octobre 2008

Appel à la mémoire collective

Je recolle ici ce que Colette a proposé dans son dernier commentaire. Je suis aussi très intéressée par ce pan de notre histoire et j'aimerais en savoir un peu plus sur ce que notre famille au sens large a bien pu vivre, subir, assumer, supporter .... pendant cette période.

Je lance à nouveau un appel pour reconstituer la filière qui, pendant la dernière guerre, conduisait chez mon grand père Dupuy qui les passaient en zone libre, les personnes menacées par les Allemands que lui envoyait notre Georges. Quel réseau, dans la région de Chinon, était fréquenté par Georges qui se savait menacé au point de faire coudre par Madeleine des lames de scie dans les coutures de sa veste de charpentier. J'ai interrogé Claude Jouzeau qui ne se souvient pas, alors qui ? quelqu'un de la Trainsonnée : Lucette, Gisèle, Bichon, il n'y a plus beaucoup de contemporains mais le hasard donne parfois un coup de pouce.
Je vous embrasse
Colette
Que chaque personne lisant cet article puisse creuser la question, interroger les anciens ou utiliser des moyens autres... (je vais me tourner vers un ou des forums, on ne sait jamais !) J'ai jeté une bouteille à la mer ici

Pour ceux qui lisent ce message mais qui sont extérieurs à notre famille, voici les noms qui vont avec les prénoms cités plus haut :
Colette Champion, née Gagneux
Madeleine Gagneux, née Dupuy (mère de la précédente)
Georges Trainson
Lucette, Gisèle et Robert (dit "Bichon") Trainson, les enfants du précédent
Claude Jouzeau, un cousin de tous ceux-là
Complément de Colette :
L'itinéraire de cette filière : Georges Trainson charpentier couvreur à Avoine (près de Chinon) envoyait à mon grand-père Adrien Dupuy cultivateur à Dangé (près de Châtellerault) des gens qui pour leur survie devaient passer en zone libre. Mon grand-père possédait des terres dans la région de La Haye Descartes, pour les cultiver il avait le droit de franchir la ligne de démarcation avec un ouvrier et du matériel agricole, le tout transporté dans un tombereau tracté par un cheval, la journée de travail terminée il repassait seul la fameuse ligne, j'étais alors âgée de 8 à 9 ans, je me souviens seulement d'avoir vu passer des gens chez mes grands-parents, je ne crois pas avoir vu des femmes ou des enfants mais ces déplacements se faisaient fort discrètement. C'est seulement plus tard que je me suis posé des questions sur ces événements qui alors paraissaient tous naturels

20 commentaires:

Anonyme a dit…

Pour compléter ce messageje donne l'itinéraire de cette filière: georges Trainson charpentier couvreur à Avoine (près de Chinon) envoyait à mon grand père Adrien Dupuy cultivateur à Dangé (près de Chatellerault)des gens qui pour leur survie devaient passer en zone libre.Mon grand père possédait des terres dans la région de la haye descartes,pour les cultiver il avait le droit de franchir la ligne de démarcation avec un ouvrier et du matériel agricole,le tout transporté dans un tombereau tracté par un cheval,la journée de travail terminée il repassait seul la fameuse ligne,j'étais alors âgée de 8 à 9 ans,je me souviens seulement d'avoir vu passer des gens chez mes grands parents,je ne crois pas avoir vu des femmes ou des enfants mais ces déplacements se faisaient fort discrètement. C'est seulement plus tard que je me suis posé des questions sur ces événements qui alors paraissaient tous naturels
Bonne recherche
Colette

Léti a dit…

J'ai lancé une bouteille à la mer dans un groupe de discussion généalogique orienté sur la Touraine du sud. Voici la réponse que "DC" m'a faite : "Moi qui suit en Anjou, certains de nos résistants ont beaucoup travaillé avec ceux de votre secteur. Ce qu'il faudrait savoir, c'est de quel réseau, il faisait partie, car il existe des associations de combattants qui pourraient vous renseigner. En revanche, en ce qui concerne les archives qu'elles soient départementales ou municipales, je pense qu'il faut un certain temps à respecter il me semble avant de les ouvrir.
Je pense que votre aïeul a du le faire sur le plan local. Donc, c'est à voir près d'une association de votre secteur, ils pourront vous renseigner.
Bonne chance
DC"

Anonyme a dit…

Merci de votre conseil,les petits pas peuvent faire progresser,mon grand père se déplaçait effectivement dans le Sud Touraine(environs de la Haye Descartes la guerche le grand pressigny mais je ne pense pas qu'il était membre d'un réseau de résistance,il rendait ces services parce que sa situation de cultivateur frontalier le lui permettait et parce que Georges Trainson qui,lui,s'activait ,au mépris du danger,dans la région de Chinon(nord ouest du département)le lui avait demandé
Continuons à chercher,nous arriverons peut-être à savoir
Merci
Colette Champion-Gagneux

Léti a dit…

Faute de savoir s'ils faisaient partie de tel ou tel réseau il nous est peut-être possible de lister les réseaux qui opéraient dans la zone géographique et de voir par élimination ce qui nous reste ?

Anonyme a dit…

On m'a aujourd'hui donné un conseil judicieux:Georges a surement été décoré pour faits de résistance,or ces remises de décoration se font aprés enquêtes et rapports dont les traces sont conservées à la chancellerie et qui donnent force renseignements sur les actions du récipiendaire.Je me souviens que lors des obsèques de Georges plusieurs personnalités issues de la Résistance sont venues dire tout le bien qu'ils pensaient de lui,mais le chagrin m'a empêché de prêter attention à leurs discours,quelqu'un a peut être été plus attentif?
Bonne nuit à tous
Colette

Léti a dit…

Comme j'ai appelé ma grand-mère je peux confirmer que Georges TRAINSON a reçu le diplôme de passeur, signé par le Général de Gaulle, le Général Larmignat et par Sa Majesté le Roi d'Angleterre (au titre de la défense au côté des alliés). Il a été décoré de la Croix de Guerre 1939-45 étoile d'argent, pour faits de résistance et au titre de sa division. Mais la mémoire n'a pas permis de retrouver le nom de la division.
Elle m'a raconté des souvenirs, et m'a dit que le point de rencontre, où il prenait ses ordres venant d'Angleterre, était dans un café de la place des Halles à Tours.

Léti a dit…

On avance !!
Il y a un livre, qui parle un peu des actes de Georges, qui a pour titre "Occupation, résistance et libération du Chinonais: plaquette-souvenir de Henry Brocourt" et il se pourrait que Bichon l'ait. Ophélie tu pourrais lui demander ?
En tout cas internet fait des merveilles et je peux vous dire que dans ce livre Georges s'appelle Henri Trainson, et qu'il a participé à des parachutages et a déjoué la Gestapo !

Léti a dit…

Un autre livre : "Gendarmes dans la Touraine de la Résistance" de Jack Vivier (1998) page 61 - extrait : "Elles avaient été déposées chez M. Trainson à Avoine ; ce dernier les ayant soigneusement cachées, elles servirent à armer le groupe de Résistance d'Avoine"

Léti a dit…

Informations données par Patricia :
Georges se faisait appeler Henri et le réseau dont il faisait partie était le réseau Marco Polo. Certains soirs, par crainte d'une visite de la Gestapo, il préparait une échelle le long du mur du jardin, en espérant avoir le temps de passer du côté des voisins au cas où... Il avait une scie à métaux dans la doublure de son blouson au cas où ça tournera mal pour lui...

Anonyme a dit…

Bonsoir tous
Maman vient de secouer sa précieuse mémoire (96 ans)pour y retrouver le lieu où son père Adrien Dupuy emmenait ses voyageurs,c'était à l'est de la haye descartes dans une ferme qui s'appelait Epied qui se trouvait à cheval sur la ligne de démarcation en direction de Ligueil,cette ferme appartenait à la famille Jouzeau qui nous sont de lointains cousins,j'ai d'ailleurs échangé des renseignements généalogiques avec l'un de ses descendants que je vais essayer de retrouver.
Madeleine confirme qu'elle n'a eu connaissance que de voyageurs masculins ,ce qui confirme les envois supposés de Georges Henri (résistants,parachutistes ...)
Je vais chercher dans les cahiers et la correspondance de mon père des indications de dates mais je crois que Georges a rué dans les brancards ,avec la belle énergie que nous lui avons connue dés 1941
Amitiés à tous
Colette Champion Gagneux Dupuy

Léti a dit…

Pour information, j'ai contacté la présidente de l'association Etudes sur la Résistance en Indre-et-Loire (ERIL), Chantal Ciret, qui m'a répondu qu'elle me communiquerait toute information trouvée au sujet de Georges / Henri.

Ophélie a dit…

Donc moi j'ai du nouveau !!
J'ai été aujourd'hui chez mon Grand-père qui ma donner des livres :"Occupation,Résistance et liberation du chinonais " de Henry Brocourt
Un autre livre de Henry Brocourt :"Bagnes nazis" ce livre je ne pense pas que tu le connaisse ,il "est édité "hors-commerce" pour qu'un exemplaire soit remis gratuitement à chaque famille des déportés chinonais en temoignage de leur sacrifice et des souffrances supportées pas eux dans les Camps de la Mort lent en Allemagne nazie ... "
Puis une edition toute résente "Chronique villageoise de Néman"de Pierre Acier

Anonyme a dit…

Bravo Ophélie Bichon et Mauricette,nous allons arriver ensemble à faire revivre cette belle figure qu'était notre Georges Henri malgré sa modestie à l'égard de sa conduite si courageuse
Bises à tous
Colette

Anonyme a dit…

Le cercle s'élargit,j'ai rencontré ce matin Michel Gagneux,fils de Maurice qui était le frère de Zéna donc le beau frère de Georges.Michel avait entre 16 et 20 ans,ils habitaient à la ferme de la fontaine,il se souvient d'une visite de Georges qui se déplaçait en vélo et qui allait voir son frère à Chatellerault,avant de repartir Georges a dit à Michel:regarde bien autour de toi cette nuit,il va y avoir un beau feu d'artifice. Cette nuit là a eu lieu le bombardement de la forêt de Chatellerault qui a détruit les armes et le carburant allemand qui y étaient entreposés,la promenade de Georges n'était certainement pas anodine,avait-il un contact avec les réseaux chatelleraudais,son frère était-il aussi dans le secret finalement peut être pas si secret,
La suite pour bientôt
Colette

Léti a dit…

C'est super ! on avance bien et en plus dans des directions différentes mais complémentaires. Merci !!

Anonyme a dit…

bonjour leti
as-tu reçu e courriel personnel que je t'ai envoyé cette semaine si oui qu'en penses-tu?si non je te disais entre autre que j'avais contacté "les amis du vieux chinon "qui sont charmants et semble-t-il très documentésJe crois que Mr Brocourt qui était un membre fort actif de cete société leur a légué ses documents,ils m'ont promis de faire des recherches sur le sujet qui nous tient à coeur et de me tenir au courant mais il faut patienter parce qu'ils sont actuellement en pleine réorganisation
Bon week end
colette

Léti a dit…

Bonjour Colette, je te remercie pour tes démarches, avec toutes les lignes que nous avons lancées, il se pourrait que nos hameçons nous ramènent des réponses . . . j'ai hâte ! Bon dimanche. Bisous

Léti a dit…

Pour info : j'attends d'ici quelques jours de recevoir ma commande du livre "Gendarmes dans la Touraine de la Résistance" de Jack Vivier (1998). J'ai l'impression que les gendarmes du chinonais étaient de fameux complices.... A suivre !

Léti a dit…

Youpi ! Je viens de savoir que le livre attendu est maintenant en stock, je vais le chercher ce soir ! A suivre donc ...

Anonyme a dit…

Moi aussi je viens de recevoir le bouquin,je me dépêche d'aller me mettre sous la couette pour le lire tranquillement
J'ai contacté le cousin Jouzeau de Descartes qui va remuer les vieux souvenirs,j'ai aussi quelques lignes qui se tendent du côté des décorations,savez vous en quelle année elles ont été remises à Georges?
bises à tous
Colette