jeudi 18 avril 2013

P comme... Patois poitevin

Aujourd'hui, je passe la main à Colette, qui nous fournit ces deux textes. Merci Colette !

Les histouères de la Mère Marie
Je vais vous rapporter ce que racontait autrefois la Mère Marie, lorsque j'allais chercher le lait chez elle le lait chez elle, quand je passais les vacances chez ma grand-mère. J'arrivais avant la traite pour poser ma petite question "Alors, quoi de neuf au pays Mme Marie"
- Qui qu'tu veux que j'te dise, ma pauv'droillière, j'sé toujou dans ma cour avec mes drôles et pis mes bestiaux, j'sais point c'qui s'passe au déiors et pis j'aime point causer su'l'monde. Quand même, is'paraît qui va y avoir une noce avant la St Jean dans nout village : c'est la Louise, la dernière à l'Ugénie, qui d'meure à St Sulpice, tu vois c'que j'veux dire ?
Et ben, a fréquente, vi vi, al a trouvé un boun ami, uun gâ d'Busseuil qu'al a vute à l'assembliée du bout du pont, l'lundi de Pâques, ça fait quand même pas longtemps qui counaissent, c'est p'tête qui'ont fait Pâques avant les Rameaux, oh ! ben dis, elle en n'amèn'ra pas la mode et pis, au jour d'anuite, on n'en fait assment pus cas, mais quand même, c'est pas ben modeste.
Enfin dis, fallait p'tête pas qu'a fasse sa mijaurée quand qu'al en a trouvé ijun, pace qu'al est pas ben avantagée, bounes gens, la pauvre petiite, al a jamais cassé quat'pattes à un canard, elle est grousse coume rin et pis, al bireuille* un boute, comme qui dirait m'sieur l'baron "al a une coquetterie dans l'oeil", mais i's paraît qu'a craint pas sa peine à l'ouvrage, a's'prend à toute et pis ale est ben habile de ses main, enfin dis, qua s'marie dont et pis que l'beau temps vienne. Tout ça, ça m'fait pas mon ouvrage, vins don avec moué dans l'écurie aux vaches, j'vas qu'ri ma seille* et pis ma tirouère* et pis j'vas tirer la noiraude qui breuille* qu'le r'meuille* va y éclater et  j'te remplirai ta boite à lait.
Qui qu'tu dis ? Tu veux des œufs  j'ai pas eu l'temps d'les l'ver, ta qu'à r'garder dans l'calouette* tout ras la porte, y'a une poule qui y'a pond, j'l'ai entendue chanter et pis dans l'paillon, dans la grange, tu f'ras ta douzaine, ta grand-mère dira pas que j'y ai vendu des œufs couis*.
Pisque t'en en vacances, c'est ben toi qui r'vindras chercher l'laite, si j'sais queuque chouse rapport aux noces à la Louise, j'te dirai c'est ben pace que tu me l'demandes, pace que j'aime pas causer su l'monde. Pourtant, si j'voulais n'ne dire, j'en sais ben qu'y en a qui causont et qui savont rin. 

Une histouère de vezon
Lorsque je suis allée chercher le lait chez la Mère Marie, hier soir, j'l'ai trouvé tourmentée, inquiète, presque abattue, ce qui n'est pas son habitude.
- Que se passe-t-il Madame Marie ? Vous n'avez pas l'ai en forme. 
- Ah ! parles-moi' s'en pas, ma pauv' petiite, c'est pas Dieu possib' y'a quèqu'un qui nous a foutu l'vezon*. V'la-t-y pas qu'y nous arrive que des misères :

Ça a commencé par la grand-mère, l'aut' jour ale avait m'né ses biques aux champs, tout ras l'mur du parc, al'tait ben occupée à rhabiller* des chausses au patron, quand qu'ale a l'vé l'nez de d'ssus son ouvrage, les biques étaient en d'mage*, al'taient dans l'blé au père Rigazi, c'te vieille haridelle qu'est déjà pas facile à brider, faut vouère à pas y met' le mors à la place de la croupière, alors tu penses ben, la pauvre vieille al a acouru aussi vite qu'a pouvaite et pis a s'est déviré l'pied dans un rouin d'charrette. La ch'ville y a enflé, al'tait grousse coume j'ai la cuisse. Y avait pu qu'à att'ler Pompon et pis l'emm'ner chez le r'bouteux. Et ben tu me creras su tu veux, l'Pompon qu'est si bonasse, i voulait pas rentrer dans les brancards, il 'tait là qui traculait* su piace. L'patron y a causé d'la grosse dent, faut crère qu'ça l'a ramouduré*, on a réussi à l'brider et pis on a m'né la boune femme chez le r'bouteux, i y a remmanché l'pied, faut y faire des bains d'eau salée et pis pas s'appuyer d'ssus pendant un coube de s'maines. La mère Victorine a dite qu'faut y frotter avec de la goutte et pis faire un cataplasse avec de l'ache, j'sais pas si ça fait boun effet, deufunt ma pouver mère a faisait des bains d'eau salée coum'il a dit le r'bouteux, j'vas ben fare coume yelle. Enfin dis, pandiment* c'temps là la grand-mère a va toujou ben brocher des chausses pour l'hiver et pis réciter une neuvaine à Sainte Rita, si ça fait pas d'bien, ça fait toujou ben pas de mal et pis ça l'occup'ra. En attendant y a pu parsoune pour m'ner les biques aux champs, pace que j'va pas y envoyer mon drôle, le plus grand, il a l'diab dans la fressure, i fait rin qu'des bêtises, l'aut'jour il a été vouère la Mère Caniquette, a la des c'rises, des "coeurs de pigeons" a sont pleines de blards*, i s'en est mis une ventrée, i s'en est souillé, alors forcément, ça y a caillé su' l'jabote, l'a ragoté* toute la nuite, ah j'te dis qu'il est pas près d'recommencer, j'teu y ai allongé une giroflée à cinq feuilles, ça y a  r'mis les boyaux en piace, après j'y ai donné un suc avec de la goutte et pis une cueuillerée de fleur d'oranger. Pendiment une coube de jours il avait une mine de jau* bouilli mais c't'heure ça y parait pu.
L'drôle commençait a se r'boubi* un boute, v'la qu'la drolière s'met à faire son cagou. Al est toujou après attiner* l'chate, alors c'te pouver bête, ça l'a enmalicé, i 'y a graffigné* le d'ssus d'la main, tu penses ben qu'al est pas v'nue s'plaindre, mais al au'z a pas nettoyé non pu, ça c'est env'nimé, y i est v'nu des bouffioles, ça sort de l'humeur, c'est pas ben joli. J'y ai mis un pétale de lys pour tirer l'mal mais ça fait d'l'enflume, si c'est pas passé d'main, on va l'emm'ner chez l'père Capucin et pis du même tour i touch'ra l'patron, qu'il est pas ben vaillant lui non plus, l'aut'jour en rentrant des bett'rabes il a attrapé un chaud r'ferdi, ça y est tombé su la poitrine, ça y romasse la dessus tu diras l'chate qui fait son ronron, j'y ai fait un cataplasse avec de la moutarde, j'y ai mis la ouate thermogène, i' s'est fait fumer, il a bu du vin chaud, de la tisane de feuilles de ronce à cinq feuilles, rin n'y faite.
Tu vois ben qu'y a queuque chouse de pas bon la dessous, avant qu'ça s'mette su les bêtes, j'va d'mander à Monsieur le Curé de v'ni vouère la grand-mère et pis pendant qu'il y s'ra, i mettra un coup d'eau bénite autour de la maison, ça faire que du bien.

al bireuille : elle louche
ma seille : mon tabouret
ma tirouère : mon seau
qui breuille : qui meugle
le r'meuille : la mamelle
l'calouette : la lucarne
œufs couis : oeufs œufs couvés

l'vezon : le mauvais sort
rhabiller : raccommoder
d'mage : dommage
traculait : piétinait
ramouduré : calmépandiment : pendant
brocher : tricoter
blards : asticots
ragoté : vomi
jau : coq
r'boubi : remettre
attiner : taquiner
graffigné : égratigné

Qu'est-ce que ce Défi de A à Z ? Voir ici !

Ajout de fin de journée : Rémy nous conseille cette page : merci à lui pour sa contribution.

5 commentaires:

Odile a dit…

Extra ! ça manque finalement, le patois, de temps en temps :-)

Dominique Chadal a dit…

Moi aussi, quand j'allais chercher le lait à la ferme, dans le Pays de Caux, je ne comprenais pas tout !

Léti a dit…

Merci mesdames pour vos commentaires, et je suis d'accord avec vous, c'est tellement vivant ! En tapant ces textes, j'entendais nos anciens... Et des expressions que je n'avais pas identifiées comme patoisantes !
Ben couillon, j'me suis ben amusée !

Gloria Godard a dit…

Je suis arrivée parisienne dans l'Poitou avec mes drôles, j'ai barré la porte, mis les courses dans l'pochon, et avant que la p'tite dernière vienne au monde ça m'brassait mais ça m'brassait... Merci pour cet article que j'ajoute au challenge catégorie Poitou !

Léti a dit…

Merci Gloria !